Sélest’art

Historique

Depuis les années 80, la ville de Sélestat bénéficie d’une importante politique culturelle tournée vers les arts plastiques.

La biennale d’art contemporain Sélest’art est créée en 1984 à l’initiative du Maire François Kretz et permet l’expression de la jeune création contemporaine en Alsace, alors même que les lieux de diffusion étaient quasi inexistants.

A partir de 1989, sous l’impulsion de Gilbert Estève, la manifestation s’ouvre au Grand Est, puis à la France et à l’Europe permettant la confrontation des tendances. En terme historique, c’est l’une des plus anciennes biennales d’art contemporain de France.

Présentation de la biennale

La biennale propose aux artistes invités de s’inscrire dans l’espace urbain et d’établir un dialogue avec le patrimoine architectural de la ville, qu’il soit bâti, religieux, naturel ou tout simplement l’espace public. Selon les éditions, les œuvres peuvent être exposées dans une chapelle, une poudrière, une église, une tour, des vitrines ou des façades, une usine…

Tout est mis en œuvre pour que le public puisse croiser sur son chemin des œuvres contemporaines et accroitre sa curiosité envers l’art et les artistes de manière plus générale. La programmation artistique est confiée à des personnalités du monde de l’art, des critiques ou des commissaires pour un renouvellement et un questionnement toujours remis en jeu.

 

Thématique

La biennale est habituellement organisée autour d’un thème large qui, selon les éditions, peut dialoguer avec le patrimoine ou le lieu retenu.

Intitulée « Sletto & Corso » en 2013, la 20e édition de la biennale a rendu hommage à la figure mythique du Sletto et à la parade du corso fleuri. Ces deux aspects marquants de l’identité de la ville de Sélestat ont permis d’explorer à la fois les différences et similitudes entre la mythologie et le folklore, le patrimoine et l’événement, le pérenne et le transitoire. (direction artistique Marc Bembekoff et Julien Fronsacq)

Quant à l’édition 2015, elle a pris de nouvelles orientations, notamment un positionnement singulier et lié au territoire, intégrant les arts du numérique au sein de l’usine Dromson, occupée à cette occasion. Sous le titre « Usine, moteur ! », elle a proposé au public de vivre une expérience unique, en immersion dans un lieu particulier. Le propos était d’investir et de réactiver ce bâtiment emblématique du patrimoine industriel de la ville à travers les interventions des artistes. (direction artistique Thierry Danet)

 

Un parcours d’exposition à découvrir

Le parcours de visite évolue chaque année et l’itinéraire entre les sites d’exposition reste un moment convivial pour découvrir le patrimoine et l’art. A chaque édition, des visites guidées, rencontres, soirées sont organisées pour permettre au public de découvrir cette manifestation dans une relation d’intelligence avec l’art contemporain.

 

Artistes ayant été accueillis à Sélestat (sélection)

Daniel Buren, Ben, Françoise Pétrovitch, Peter Wüthrich, Stéphane Couturier, Christophe Cuzin, Bertrand Lavier, Françoise Quardon, Claude Rutault Jean-Pierre Raynaud, Sarkis, Fabien Verschaere, Agnès Varda, Samuel Rousseau, Philippe Cognée, Bertrand Gadenne, Jana Sterbak, Philippe Ramette, Gregory Forstner, Edith Dekyndt, Michel Gouéry, Jérémie Gindre, Tony Matelli, Valentin Carron, Jeremy Deller, Jean Claus, Raphaël Zarka, Franz West, 1024 Architecture, AV Exciters…

 

Partenariats

Des partenariats avec des lieux culturels, des sites historiques et des structures sont mis en place à chaque édition. Ainsi, la ville de Sélestat bénéficie de la collaboration  de plusieurs structures dans le cadre de cet événement : la Médiathèque intercommunale, le Frac Alsace, le château du Haut-Kœnigsbourg, la Fenêtre contemporaine, des commerçants…

 

Pratique
Ville de Sélestat

Service MCDAC

9, place d’Armes

BP 40188

67604 Sélestat cedex

Sophie Fonteneau, chargée de médiation culturelle
T : 03 88 08 69 64
M : arts.contemporains@ville-selestat.fr

Se référer au site web à l'approche et durant la Biennale